Santé : Tournage en zone de guerre « arme chimique ».

400_F_7737484_tsHcMHjjyCbGwvGBIWkD550nR3iLq6AZ

Avec l’utilisation, de plus en plus crédible, en Syrie d’arme chimique, la question de la protection, pour les journalistes devant aller sur ce type terrain, vient à se poser.  

Voici ce que j’ai pu trouver à ce propos, ce n’est pas un article définitif, mais plutôt un préambule. Si vous avez des infos à partager sur ce thème, contactez moi afin que je puisse les mettre en ligne.

...lire la suite

 

 

 

 

témoignage santé: Diane Richard "témoignage d'une femme JRI"

er

Temoignage d'une femme JRI

Je voudrais faire part de mon témoignage quant au métier de JRI que j’ai exercé à France 2 Nice et Paris pendant plus de 15 ans.

Il me semble très important de faire part aux femmes caméraman de mon vécu afin qu’elles puissent se prémunir du même type de difficultés et souffrances.

Je voudrais dire aux femmes qu’il ne faut pas tenter de faire mieux que les hommes, même si ceux-ci exigent de vous des preuves de votre compétence voire de votre force et virilité. 

...lire l'article

 

 

témoignage santé: Jean-Noel Lauqué... JRI

LE MAL AU DOS

malheureusement tout cela ne s'arrangera pas en voulant faire du tout info pour les JT, le web, les nouvelles technologies de l'information en générale.

Si le matériel a évolué, son poids ne s'est pas arrangé pour les JRI car tous n'ont pas la possibilité de travailler avec des caméras légères style Z7 ou P250. Cela a un coût, pose des problèmes de recopiage des rushes donc des répercutions sur le montage, la diffusion ce qui implique de ne mettre ces matériels que pour des sujets intemporels car l'actu n'attend pas !

Les problèmes de dos sont bien connus et ce depuis des années. Les Troubles musculo-squelettiques (TMS) ne sont pas simples à résoudre car si le poids du matériel entre 9 et 12 kg selon ce que l'on a sur l'épaule, il ne faut pas oublier que le JRI n'est pas un OPV qui a le temps de faire tous ses plans en mettant sa caméra sur un pied : croire le contraire me fait sourire. Le JRI PORTEUR assure à plus de 90% le port de charge (pied, caméra, valise, sac) qu'il doit charger, transporter avec ou sans l'aide de certains rédacteurs, assurer la conduite du véhicule, le tournage, décharger et ranger le matériel . Les conditions de tournage sont plus ou moins acrobatiques, stressantes, rapides.

Trouver le temps pour s'entretenir le dos est une belle parole mais faut-il avoir le créneau, le temps de pouvoir le faire car le JRI doit être disponible pour toute image, itw en plus du tournage déjà effectué. Ce métier nous l'avons choisi, pour certains, par passion mais la passion se paie cher à long terme : lombalgies, sciatalgies, cervicalgies, tassement des vertèbres, etc.

Le JRI a des problèmes de dos dès la quarantaine et inutile de vous dire qu'avant 60 ans il est rouillé, fatigué avec des répercutions dans sa vie privée. Bonjour le jardinage, certains sports, le port de charge etc. Quant à la reconversion du JRI, elle n'est pas évidente car soit il devient rédacteur, quant à devenir chef d'édition cela est un rêve. Il ne faut pas omettre que le JRI n'est pas encore reconnu par les rédacteurs quoiqu'en disent certains confrères, cadres encadrants. Le sectarisme en ce domaine a fait beaucoup de mal, de plus les formations pour que les journalistes soient complémentaires, bi qualifié ont été non pas créé pour palier aux problèmes des JRI mais pour avoir des personnels qui sont sur deux postes un jour JRI, voir le matin, et rédacteur l'autre jour ou l'après-midi. De ce fait des économies sur le budget sont réalisées !Et puis en ce qui me concerne, on ne peut exceller dans les deux domaines même avec un bac+5 voir 6 !

Certes pour le mal de dos des formations ont été mises en place mais tout bon ergothérapeute n'a jamais porté une caméra en bref hormis passer une journée sur un tournage, avoir une formation médicale poussée, chaque individu est un cas particulier ne serait-ce en fonction de son sexe (homme ou femme JRI), de sa morphologie, de son âge, de ses antécédents médicaux alors le mal de dos sera peut-être amélioré mais éradiqué certainement pas !

Jean-Noel Lauqué

 

Santé : les malades du … tout info

mal-dosLes raisons de l’augmentation des problèmes dorsaux chez les JRI.

Deux raisons à cela :

-la réduction du nombre de personnel pour réaliser un sujet

-le changement des politiques éditoriales des chaines historiques vers le tout info 

 ...lire l'article

 

dossier médical: Problème de dos… le mal des JRI.

P9300054

J’espère que nombres de REDACTEURS auront l’envie de lire cette article, non pas qu’ils soient directement concernés, mais bien pour qu’ils puissent mieux comprendre les enjeux qu’impliquent les nouvelles manières de faire des reportages.

Lorsque l’on est jeune JRI, on veut casser la baraque. On a le potentiel, le physique, le mental. Rien n’est trop difficile, trop long, trop lourd. C’est bien normal.

...voir l'article

 

 

 

La Trousse de secours médicale.

83638137_p

Dans le cadre de notre travail, nous pouvons être confrontés à des situations difficiles, tels que conflits, épidémies, catastrophes naturelles. Prévoyez votre trousse de secours avec un minimum de produits de première nécessité. 

...lire la suite

 

 

 

 

 

 

dossier santé: la transmission d'images par 3G et 4G en question!

83438450_p

Avec l’arrivée massive des moyens de diffusion utilisant la 3G et bientôt la 4G, il faut réfléchir aux impacts sur la santé que cela peut avoir sur les utilisateurs, les monteurs et surtout les JRI. Pour exemple, les journalistes images de BFM sont passés en qlq années d’une utilisation épisodique, à une utilisation quasi quotidienne, avec en plus une multiplication des directs. Les temps d’exposition au CEM s’allonge donc inexorablement pour les utilisateurs. 

...(lire la suite)